L'essence des Marques

Exister, c’est se tenir et être tenu hors du néant,  l’esse est un acte, une perfection, l’ultime perfection, une fleur brillante où s’affirment les choses.
Maritain, Sept leçons sur l’être.

L’Idée de Marque est un sujet pour la pensée et le discours. Elle appartient aux entités abstraites privées de réalité matérielle tandis qu'incarnée dans ses produits et ses services elle est saisie par les sens et contribue à élaborer et transformer la notion de Marque qui nous habite. Il y aurait ainsi une essence universelle des Marques, dont chaque Marque dans son existence individuelle historiquement située serait un échantillon contingent, chaque Marque en particulier façonnant l'Idée de Marque en général.
Si l’Idée de Marque se réduit à l’ensemble des qualités qui définissent chaque Marque en particulier, quelle est la nature de ce qui supporte ces qualités ? Comment une Marque peut-elle agir, avoir un rôle économique et social, c'est-à-dire, naître, pâtir et mourir en étant dépourvues de corps ? Comment un objet intellectuel peut-il recevoir une forme, être façonné ?

Je suis un phénomène

On pourrait répondre à ce questionnement que la Marque n’est que phénomène au sens de son origine grecque, oscillant entre l’idée d’ « apparaître avec éclat » et celle de seulement « paraître, sembler », le phénomène est alors quelque chose de peu sûr, à la limite une illusion. Dans ce cas, son essence serait inaccessible à l’homme qui ne pourrait, au mieux que reconnaître sa puissance ou ses pouvoirs qui révèlent son existence.
Toutes les Marques ne sont que des formes accidentelles de l’idée de Marque. Des Marques particulières meurent, mais l’idée de Marque demeure et s’étend sur plusieurs générations. Le processus se rejoue à l'identique dans la relation que les produits entretiennent avec la Marque. Des produits disparaissent pour être remplacés par de nouveaux tandis que la Marque et son capital d'immatériels demeurent.

Je suis mes attributs

Dans de multiples occasions, force est de constater que le produit ou le service se présente comme l'attribut essentiel ou substantiel (qui entre dans la définition de l’essence de la Marque). Supprimez ce produit ou ce service et la Marque pourrait perdre sa raison d’être.
Pour prolonger son existence la Marque a continuellement à se faire être ce qu'elle est.
Dans le cas ou l’existence précèderait l’essence, l’existentialisme nous suggère que la Marque aurait conscience d’être, qu’elle aurait un pour soi. On pourrait alors s’interroger sur ce que pour une Marque représente le fait d’être dans le monde, des conséquences et des objectifs de son activité.
Maintenant, si nous considérons les Marques comme créatrices et que nous nous accordons sur le point que la création commence par elle-même, alors, pouvons-nous suggérer qu'avec les Marques l'essence est conjointe à l'existence.
Cependant, il faut bien en convenir, les Marques ne sont pas causes d'elles-mêmes comme Dieu pourrait l'être. Les Marques produisent du neuf à partir d'un capital intellectuel et matériel qui les précèdent.

Ici et maintenant

La Marque a une histoire et cette histoire est solidaire de son existence : seule, en effet, l'existence est dans le temps, l'essence étant, elle, par définition immuable. Penser la Marque comme essence serait se référer à une abstraction n'ayant jamais existé. Pourtant, la Marque surgit dans le monde pour des raisons motivées. Elle est à la fois suffisamment déterminée pour se différencier et suffisamment indéterminée pour accepter d'être projet. Pour autant, son essence apparaît plus distinctement dans le courant de son développement, quand ses caractéristiques affirment sa différence tout autant que les traits communs qu'elle conserve avec l'ensemble.
Elle est traversée par le monde. Fruit de la subjectivité, elle émerge dans l'univers qu'elle choisit puis se désagrège en produisant et se transforme en se désagrégeant, s'adaptant perpétuellement à son milieu.

Date de mise à jour

25 juin 2016

Date de publication initiale

2005